.

BIOGRAPHIE DE VALENTÍ CLAVEROL ET DE SON PÈRE JOSÉ CLAVEROL

José Claverol et Cirici est né le 15 février 1854. Son père Valentí Claverol était médecin à la paroisse de Sant Júlia de Lòria et son frère était aussi médecin à Andorre la Vieille. Malgré leur profession, et sans oublier d’où ils venaient, ils déménagèrent à la Seu D' Urgell (Espagne) où ils ouvrirent un magasin de tissus.

José Claverol et Cirici passa sa jeunesse au coeur d’une famille aisée. Puis à l’âge de 14 ans, devenu orphelin, il partit chez un oncle qui s’était installé au Chili. Au Chili, où il jouissait d’une vie bourgeoise, José découvrit la photographie et commmença à s’intéresser à ce qui allait devenir la passion de sa vie.Le destin va le faire revenir à la Seu d’Urgell à cause de la maladie dont souffrait sa sœur. Durant ce séjour, imprévu et long, José rencontra Concepció Cirici et Mallol, qui deviendra son épouse plus tard; cette rencontre lui permit de renouer avec des racines qu’il avait un peu oubliées au Chili.

José se maria avec Concepció et, de cette union, naquirent quatre fils: Josep, Àngel, Francesc et Valentí. Même si l’affaire familiale était le textile, José Claverol monta un studio de photographie très clair dans la grande rue de la Seu d'Urgell. Là-bas il réalisait des photos de famille qui, d’après les goûts de l’époque, se faisaient devant une grosse toile de fond portant des dessins d’intérieur de maison, de jardin, etc.

Malheureusement peu de ces documents de José Claverol ont été conservés. La guerre civile, les multiples déménagements et la fragilité des documents, (négatifs en verre) n’ont pas supporté l’agitation et les multiples soubresauts de ces jours-là. José Claverol était photographe et partisan de l’idée que pour faire "une bonne photographie" il fallait chercher un cadre naturel. La nature, les paysages urbains et les portraits ont été les principaux thèmes de son oeuvre.

Ceci explique pourquoi les Archives Claverol disposent de la première photographie du Consell General d’Andorre.
En 1902 José Claverol a réalisé une photographie du Conseil Général avec l'aide de Xampalna; un habitant d'Encamp qui avait réussi à convaincre le conseil de se laisser prendre en photo (une chose qui n’avait jamais été faite auparavant). D’aucuns disent que les réticences initiales à se faire photographier venaient de la peur induite par la lumière subite et le bruit que produisait l’appareil.
Avant de mourir, le 2 novembre 1921, José Claverol a essayé de transmettre sa passion pour la photographie à son fils aîné, Josep, mais ce fut le petit, Valentí, qui décida de continuer sur les pas de son père, une tâche fort compliquée si l’on tient compte qu’à cette époque les temps étaient très difficiles dans toute l’Espagne.

Valentí Claverol et Cirici est né à la Seu d'Urgell le 24 novembre 1902. Jusqu’à l’âge de 14 ans il a vécu à la Seu d'Urgell où il a étudié à l'école de La Salle. Quand son père est mort, il est parti à Barcelone où il a commencé à travailler dans une usine de textile selon la tradition familiale. Et par hasard l'entreprise Eastman Kodak Company l’embaucha. Eastman Kodak était alors une des premières compagnies internationales européennes qui offrait des actions à ses employés. Ceci réveilla, chez Valentí son intérêt pour la photographie. Au commencement, il voulait seulement gagner un peu plus d’argent et les fins de semaine Valentí faisait des photographies, surtout là où il n’y avait pas de concurrence, comme sur les terrains de polo de Barcelone, ou les premiers vols à l’aérodrome de Barcelone.

Durant son séjour à Barcelone il rencontra Rosa Sesplugas et Arrufat, avec qui il se maria en 1930. La jeune Madame Claverol resta émerveillée d'Andorre où elle passa sa lune de miel et où ils finirent par s’installer. Comme les temps étaient particulièrement durs, Valentí Claverol vendit sa participation d'Eastman Kodak pour pouvoir démarrer en Andorre. Enfin son rêve de rentrer chez lui se réalisait. Valentí et Rosa s’installèrent à Andorre la Vieille. Ils ouvrirent un magasin à la place Benlloch, qui devint le lieu où on pouvait acheter le journal (quand le temps le permettait) et des souvenirs pour les touristes. C`´etait le seul endroit en Andorre où on pouvait trouver des produits Kodak.

Les Claverol ont vécu une grande partie de leur vie à Andorre La Vieille dans une maison appartenant à la famille Molines. Du couple, deux fils sont nés : Dolors et Josep Claverol. A l’heure actuelle, Josep se consacre à la photographie de façon commerciale. A 7o ans Valentí Claverol est redevenu actionnaire d'Eastman Kodak, lorsque son fils lui a offert des actions de l’entreprise en cadeau d’anniversaire.

Les archives commencées par Valentí Claverol sont indispensables pour comprendre le développement d'Andorre. Entre 1930 et 1970 il a saisi les moments les plus mémorables. Parmi toutes les photographies il y a des actes officiels du Conseil Général, les grèves de FHASA (l'entreprise électrique andorrane) et en 1936, l'arrivée des Gendarmes français et de la Guàrdia Civil espagnole. La dernière sentence de mort prononcée en Andorre en 1943 et les premières élections au suffrage universel en 1933. Valentí Claverol a aussi photographié le célèbre peintre Joaquim Mir durant ses nombreux séjours en Andorre.

Valentí Claverol a commercialisé une très vaste collection de cartes postales qui ont aidé Andorre à devenir une destination touristique. La compagnie postale espagnole et la poste française d'Andorre ont aussi créé et imprimé des timbres à partir de ses nombreux clichés.

En 1975, Kodak Pathé représenté par le Directeur des Services d'Exportation, Monsieur Robert Van Laar, a récompensé Valentí Claverol pour les cinquante ans de collaboration entre Kodak et Valentí Claverol.
En 1998, Valenti Claverol reçois la Médaille d’or Picasso de l’UNESCO pour sa contribution au patrimoine historique de la Principauté d’Andorre

 

 

les Archives Valenti Claverol, ont déploré le départ de leur présidente Rosa Sesplugas Claverol le 27 novembre 1999 à l’âge de 89 ans et de leur Fondateur et Président Emérite Valenti Claverol Cirici, est décédé le 13 janvier 2000, à l’âge de 97 ans.

Monsieur Valentí Claverol n’avait alors pas encore pris officiellement sa retraite.

Ces pages sont dédiées à tous les deux.

 

Vista Magazine (USA), Janvier/Février 2001
Par José A. de la Torre avec des renseignements fournis  par la Famille Claverol

 

Claverol

CLAVEROL

Nom catalan issu du lieu dit de Claverol (dont il prit le nom), de la juridiction de Tremp et de la  province de Lérida. D’après les indications de Gutiérrez Tibón dans son  Dictionnaire Etymologique des noms espagnols, hispanoaméricains et philippins, Claverol est le diminutif de Claver, qui signifie "Clavero", ou celui qui détient les clés d’un lieu important, signification qui est d’ailleurs  reflétée sur le blason de ce  nom.

A l’arrivée des Arabes en Espagne, la famille Claverol se réfugia en  France et  revint avec  l’Empereur Charlemagne, qui en 802 tint une diète (assemblée) dans la ville d’Elna, où se réunirent tous les titulaires et Chevaliers de Catalogne afin de créer des lois et des statuts pour le régime et le gouvernement de Catalogne.

D’après le Père Barrellas, Bernardo Ramón de Claverol était avec le Comte de Pallers, lorsque  l’Empereur l’adouba lors de la dite assemblée. Ses descendants fondèrent un  nouveau manoir à Llimiama, sous la juridiction de Tremp, et Matías Claverol qui appartenait à cette lignée, fut un des constructeurs de l’Eglise de Tremp, d’après un contrat qu’il réalisa le  27  mai 1677.

Le château de Claverol se situe très  près du lieu de ce nom et  on le mentionnait déjà au Xe siècle. Dans la deuxième moitié du  XIe, le Comte Ramón V de Pallars Jussá et le Comte Arnau I de Pallars Sobirá échangèrent par ventes ou permutations divers biens entre lesquels se trouvait le château de Claverol.

Don Javier Lluca Pinos et Claverol, baptisé en 1765, fut Chevalier de L’Ordre de Carlos III et  Don Jesús María Saportella Claverol, baptisé en 1784, le fut de San Juan de Jérusalem. Entre les dossiers personnels des Archives Militaires de Segovia  on retrouve  le nom de  Don Antonio Claverol, Infanterie en 1808; Don José Claverol, Infanterie en 1809; Don Felipe Claverol, médecin en 1822, et  Don Juan Bautista Claverol, lui aussi médecin en 1820.

Don Francesc Claverol, religieux né à Lérida au début du XVIIIe siècle écrivit "De ineffabile misae sacrificio y Libellum de Adventu Anti Christi". Don Salvador Claverol, médecin né à Barcelone en 1847, servit dans les hôpitaux allemands de campagne durant la guerre franco-prussienne puis devint professeur auxiliaire de la Faculté de Médecine de Barcelone.

Don Romualdo Claverol, aussi médecin, fut peintre paysagiste dans la première moitié du XXe siècle à  Barcelone. Don José Claverol Cirici et son fils Valentí Claverol Cirici, le premier, photographe à La Seu d'Urgell en Espagne; le deuxième photographe pionnier en Andorre et fondateur des Archives Valentí Claverol  regroupant la photographie andorrane de tout le  XXe siècle. Son oeuvre vient d’être exposée au  Spanish Institute de New York  et a été accueillie dans le livre «  Andorran Memories », publié récemment.

Blason: En champ de gueules, deux clés en argent en  pal,  aux pointes arrondies , rattachées par un lien en or.

.